Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

18 février 2017 6 18 /02 /février /2017 17:56

Circonscription de Coutances- Valognes: 

L’avenir se joue maintenant

 

L’ambiance de fin de règne de ce quinquennat est lourde de régressions majeures.

La droite radicalisée souhaite mettre fin à ce qu’a été le modèle social français en s’attaquant à la sécurité sociale, l’âge de départ à la retraite, les 35 heures et aux services publics.

Le Front National veut inscrire la préférence nationale dans la constitution. Il  remet en cause  l’égalité républicaine et représente une réelle menace pour les libertés démocratiques.

L’ancien ministre libéral Macron  entend poursuivre une politique qui  a échoué en continuant  à promouvoir la baisse du coût du travail, en refusant de s’attaquer à la répartition inégalitaire des richesses.

 

Militants du FDG, militants associatifs, militants écologistes, citoyens de la circonscription de Coutances Valognes,  nous refusons ces choix.

Nous voulons promouvoir une perspective de progrès humain, démocratique, social et écologique, et réaffirmer l’urgence d’un rassemblement porteur d’un vrai projet de gauche.

Ce besoin s’exprime de façon massive dans le pays, par les multiples mobilisations sociales et écologiques qui se sont heurtées au blocage politique du gouvernement par les milliers de participants aux réunions publiques de J.L Mélenchon, par le vote massif pour B. Hamon (60% dans la circonscription) et l’éviction de M .Valls à la primaire socialiste.

Aujourd’hui l’unité de la gauche anti libérale est possible  sur la base des convergences existant entre les programmes de J.L Mélenchon, Y. Jadot, et B. Hamon. Nous voulons la mettre en œuvre à l’occasion des élections législatives.

 

Dans cette circonscription où le député PS sortant fait le choix inverse des électeurs de gauche en rejoignant E. Macron, nous appelons toutes celles et ceux, organisations et citoyens, qui souhaitent une politique de gauche en rupture avec les politiques libérales à  un rassemblement unitaire sur les points de convergence suivants :

 

· Mesures sociales et lutte contre le chômage :

Augmentation  des salaires et du SMIC.

Réduction  du temps de travail.

Abrogation  de la loi travail. Loi sur la sécurité professionnelle garantissant la continuité et la progressivité des droits au salaire, à la formation, à la protection sociale

Restauration et développement des services publics sur tout le territoire. Priorité à l’hôpital public et aux centres de santé publics.

Construction  de logements sociaux et contrôle des loyers.

· Mesures économiques et financières:

Impôt progressif, lutte contre la fraude fiscale.

Limite de  l’échelle des rémunérations de 1 à 20 et suppression des  retraites chapeau des grands patrons.

              Priorité à la reprise des entreprises par les salariés en coopératives.

· Transition écologique

Mix énergétique avec développement prioritaire des énergies renouvelables. Rénovation et isolation thermique .des logements anciens

Développement  des circuits courts, priorité à l’installation en agriculture paysanne.

Sanctuarisation  comme biens communs de  l’eau, l’air, les sols et la bio diversité.

· Droits et libertés :

Développement d’une politique pour l’égalité et pour de nouveaux droits

Défense des droits fondamentaux  contre les discriminations, pour l’accueil des réfugiés.

Défense du droit des femmes à la contraception et l’avortement face à tous ceux qui veulent les remettre en cause.

 

Nous vous appelons à signer massivement ce texte et à participer aux initiatives qui permettront l’émergence aux élections législatives d’une candidature unitaire représentant réellement l’espoir d’un changement  politique social et écologique.

 

 

Pour signer: CLIQUER ICI
Repost 0
Published by Alternative Citoyenne de la Manche
commenter cet article
17 février 2017 5 17 /02 /février /2017 19:18
Elections municipales à Granville : qui sera candidat ?

Le dimanche 26 mars 2017 se tiendra le premier tour des élections municipales à Granville (Manche). Qui sera candidat ?

Jeudi 16 février 2017, la préfecture de la Manche a annoncé la tenue de nouvelles élections municipales à Granville (Manche), les dimanches 26 mars et 2 avril 2017. Maintenant que les Granvillais sont officiellement invités à retourner aux urnes, une question se pose: qui sera candidat?

La préfecture de la Manche a annoncé jeudi 16 février 2017 la tenue de nouvelles élections à Granville (Manche). Dès lors, une question se pose, qui, si elle peut paraître prématurée, mérite d'être soulevée... Qui sera candidat à la mairie? D'autant plus que le premier tour de ces élections municipales va arriver très vite, dans un peu plus d'un mois, soit le dimanche 26 mars 2017. Ce laps de temps très court favorise, bien évidemment, les équipes qui sont déjà en ordre de bataille...

Michel Peyre, comme une évidence

Si Michel Peyre n'a officiellement pas annoncé qu'il briguerait le siège de premier magistrat, sa candidature ne fait aucun doute. Le chef de file de l'opposition préfère néanmoins temporiser: "Nous y réfléchissons sérieusement. C'est un travail d'équipe et c'est l'équipe qui décidera!" Reste à savoir si celui-ci sera accompagné de l'ex-premier adjoint et conseiller départemental Jean-Marc Julienne. Jusqu'aux dernières élections, Jean-Marc Julienne était une valeur sûre, gage de succès... L'histoire va-t-elle se répéter?

Dominique Baudry, l'incertitude

Concernant le maire sortant, Dominique Baudry, la question reste entière: repartira ou repartira pas? La principale intéressée préfère pour le moment éviter le sujet: "Pour l'instant, je gère la ville et je m'occupe également de l'appel de la Ville auprès de la cour administrative d'appel de Nantes." Si, habituellement, l'avantage est donné au maire sortant, le contexte actuel ne lui est franchement pas favorable. Après le désaveu de certains de ses colistiers, qui a conduit à de nouvelles élections, aura-t-elle encore l'énergie de partir en campagne? Certains de ses fidèles sembleraient en tout cas prêts à retourner devant les urnes...

L'heure de la revanche pour la gauche?

La gauche, grande perdante des élections il y a trois ans, et absente du conseil municipal depuis cette débâcle, a clairement une revanche à prendre. Dominique Monneron, porte-parole de la section locale du Parti socialiste, et qui n'est pas engagé sur le terrain des législatives, pourrait insuffler ce nouvel élan. Dans cette optique, il pourrait être accompagné de Didier Leguelinel. Les discussions sont en cours, une tête de liste pourrait même être dévoilée dans les prochains jours...

De possibles revenants...

Qui pour récupérer l'héritage de Daniel Caruhel, maire de 2008 à 2014? Sa liste, "Granville en marche", a d'ailleurs montré une certaine cohérence au coeur de la crise: sur 33 élus, tous ont démissionné, pendant que d'autres listes, elles, se déchiraient... Un nom surprenant refait surface, celui du premier adjoint de l'époque: Gérard Sauré! Interrogé, il répond: "Cela n'est pas exclu! J'ai été contacté et j'y réfléchis. J'ai d'ailleurs déjà quelques personnes autour de moi..."

Quatre listes pourraient donc se dessiner d'ici le dimanche 26 mars 2017. Les paris sont ouverts. Dans cette course au sprint, les candidats devront faire vite!

Repost 0
Published by Alternative Citoyenne de la Manche - dans Municipales de Granville
commenter cet article
16 février 2017 4 16 /02 /février /2017 22:49

L’affaire ressemble à quelques détails près à l’affaire Penelope Fillon. Comme à l’Assemblée, les eurodéputés possèdent une enveloppe mensuelle de 21 379 euros pour rémunérer leurs assistants parlementaires. Mais en 2015, les instances dirigeantes du Parlement européen ont saisi l’Office européen de lutte antifraude (Olaf) pour des soupçons d’emplois fictifs : 20 assistants parlementaires frontistes travailleraient en réalité pour le Front national.

Repost 0
Published by Alternative Citoyenne de la Manche - dans Présidentielles 2017
commenter cet article
16 février 2017 4 16 /02 /février /2017 22:31

Pour la troisième année consécutive, nous vous dévoilons le classement de la Course zéro pesticide. Quelles sont les enseignes qui ont avancé vers la réduction des pesticides dans les fruits et légumes ? Quelles sont celles qui stagnent ?

Cela fait maintenant deux ans que nous avons lancé cette compétition entre les six principales enseignes françaises de la grande distribution. L’objectif : les amener à éliminer les pesticides les plus dangereux de leur production de fruits et légumes, tout en soutenant les agriculteurs et en faisant preuve de transparence sur leurs pratiques.

Cette année, Monoprix entre dans la course et se positionne directement à la première place grâce à son engagement pour améliorer ses pratiques agricoles et éliminer les insecticides les plus nocifs pour les pollinisateurs au travers d’un partenariat avec Bee Friendly. A ses côtés, Carrefour maintient sa place en tête de peloton en renforçant les mesures de réduction des pesticides déjà engagées au sein de ses sites pilote.

Pour cette troisième manche de la Course zéro pesticide, Système U, qui était premier l’an dernier, s’est donc fait devancer. Le groupe des Magasins U n’a pas évolué de manière significative au cours de l’année écoulée et stagne légèrement.

Quant à E.Leclerc, l’enseigne fait une belle progression puisqu’elle est désormais à la troisième place, ex aequo avec Intermarché.
E.Leclerc s’est engagé à réduire les pesticides de 50% d’ici 2020 et a lancé un audit des pratiques de ses fournisseurs. Des promesses que nous attendons de voir traduites dans les faits mais qui lui permettent de gagner deux places dans le classement.

Ce sont Auchan et Casino qui, du fait de leur manque de progression par rapport aux autres enseignes, se retrouvent en bout de cortège.

Cette troisième édition de la Course zéro pesticide a donc été marquée par de nombreux changements et de belles progressions sur le terrain. Afin de continuer notre travail auprès des enseignes et qu'elles poursuivent leurs avancées vers l’élimination des pesticides de leur système de production, nous avons
besoin de vous et de votre soutien financier.

Aucune subvention publique, aucun don d’entreprise, c’est vous qui nous donnez le pouvoir d’agir en toute indépendance.

Merci d’avance pour votre soutien,
 
 
 
Faire un don
 
A bientôt.
 
 
 L’équipe Agriculture de Greenpeace 
 

 

Repost 0
Published by Alternative Citoyenne de la Manche - dans Environnement
commenter cet article
14 février 2017 2 14 /02 /février /2017 22:46

  Ce sont des intermittents du spectacle. Ils passeront ensuite "le chapeau" afin que vous puissiez participer en fonction de votre satisfaction et de vos moyens. En référence, pensez au prix d'une place de cinéma et comparez avez l'intérêt d'encourager le spectacle vivant !

Repost 0
Published by Alternative Citoyenne de la Manche - dans Annonces
commenter cet article
14 février 2017 2 14 /02 /février /2017 22:33
 

 
Faites connaitre notre action, transférez nos informations
 et notre adresse mail à vos réseaux:
visitez et faites visiter notre page Facebook ICI
Repost 0
Published by Alternative Citoyenne de la Manche - dans Droit des femmes
commenter cet article
14 février 2017 2 14 /02 /février /2017 09:27

 

Repost 0
Published by Alternative Citoyenne de la Manche - dans Présidentielles 2017
commenter cet article
11 février 2017 6 11 /02 /février /2017 10:30

L’acquisition immobilière :

Dans son édition du 23 janvier 2017 le Journal Ouest France, page Granville nous livrait les réflexions de 4 professionnels du Pays Granvillais sous le titre alléchant « Immobilier : le pays granvillais attire toujours » et pourtant ils ont franchement l’air triste sur la photo qui illustre le papier.

Ces 4 professionnels constatent sur 4 communes (Donville, Granville, St Pair et Yquelon) une hausse des prix de 2 ,5 %, Comme çà au doigt mouillé peut-être ?

Au regret de vous décevoir on assiste à une baisse constante des prix et heureusement.

Les salaires et revenus ont peu augmenté, le taux de croissance est faible, les prêts à taux bas commencent à se raréfier.

Autre constat le prix au M2 est plus élevé que la moyenne basse normande, pourquoi ?

Qu’est-ce qui peut justifier un tel prix ? Leur réponse se trouve un peu plus loin dans l’article « Avec la loi de l’offre et de la demande on a du mal à tenir les prix » quel constat d’impuissance, voir d’incompétence car qui fixe les prix au départ, en essayant souvent d’anticiper du prix fort du vendeur.

Le même professionnel qui retourne quelques mois plus tard expliquer que ce n’est pas tenable, qu’il faut baisser.

Simple réflexion pour les futurs acquéreurs : compte tenu des prix proposés votre marge de négociation s’établit entre 20 à 30 % en moins.

En effet la plupart des prix demandés à la vente sont surréalistes et ne tiennent absolument pas compte d’une expertise technique et juridique réelle du bien.

Ces mêmes professionnels optimistes annoncent tout fiers que les délais sont passés de 100 à 91 jours, c’est sans compter sur les panneaux présents depuis plusieurs années sur certains biens immobiliers. Il y a quand même un problème.

Par exemple un même immeuble varie entre Granville et Villedieu les Poëles, pourquoi ? La réponse est déjà plus haut.

Certains disent il y a la vue sur Mer, sur une côte hyper urbanisée ! Quant on utilise ce terme cela veut dire trop, et ce n’est souvent pas une résidence principale mais secondaire. Voir les volets fermés tout l’hiver sur le front de mer.

De plus il faut arrêter de construire « les pieds dans l’eau » au mépris de la loi littoral que nos sénateurs Bas-Bizet, soutenus par le député Huet, veulent malgré leurs dire, détricoter au maximum afin de permettre à leurs amis promoteurs et lotisseurs de gagner plus.

Qui paiera la facture en cas de submersion marine ?

Cela engendre aussi une discrimination car ces biens ne sont pas accessibles pour les jeunes ménages (sauf fortunés).

Pour beaucoup d’entre eux, le neuf est inabordable, l’ancien est souvent trop cher, auquel il faut rajouter des travaux importants, et la construction si on la désire économe en énergie le terrain se trouve loin dans les terres. De là du coup découle une paupérisation due aux transports et à la surconsommation énergétique.

Il y a une grande discrimination dans tout cela.

Alors outre le conseil sur la négociation que les futurs accédants peuvent utiliser, allez de préférence chez le notaire ou vous trouverez ou devriez trouver l’ensemble des renseignements techniques, juridiques, environnementaux sur le bien que vous désirez acquérir.

Pourquoi diantre ajouter un intermédiaire parfaitement inutile et coûteux, voire pour certains totalement incompétents.

Par ailleurs un élément important au moment de la mise en vente c’est la fourniture des différents diagnostics immobiliers. Là encore il a beaucoup à dire, certains diagnostiqueurs sont relativement compétents, mais beaucoup d’autres non, formation trop courte, donc insuffisante, connaissance de l’immobilier et du droit de l’immobilier, quasiment nulle.

Certes tous les diagnostics sont importants, mais actuellement celui qui prend de plus en plus d’importance, c’est le diagnostic de performance énergétique, et là entre plusieurs cabinets on peut être surpris par des différences notoires sur un même bien.

Or c’est l’un des éléments techniques qui permet d’affiner la valeur réelle d’un bien.

Toucher au notaires donc par voie de conséquence à leurs collaborateurs est une ineptie de plus de Monsieur MACRON.

Enfin dernier conseil quand vous voyez plusieurs panneaux sur un bien à vendre, sélectionnez celui du notaire, vous gagnerez du temps et de l’argent.

L’immobilier neuf est dès le lendemain de son occupation d’occasion.

L’immobilier ne devrait pas être non plus un objet de spéculation.

La location immobilière :

Dans le secteur et sans reprendre les propos ci-dessus exprimés, c’est tout et n’importe quoi.

En clair l’idéal c’est soit de traiter directement avec le notaire, soit avec le propriétaire, puis ensuite chez le notaire, c’est plus sérieux.

Là encore le propriétaire doit vous fournir un Diagnostic de performance énergétique qui corresponde réellement à l’état du bien.

Trop souvent des biens de même superficie ont des loyers identiques avec des DPE en B ou C, et pour d’autres en E et plus, problème.

Si vous traitez par une agence, n’hésitez pas à contre visiter le bien avec un professionnel du bâtiment tous corps de métiers.

Il faut également être précis sur l’état des lieux, sur la nature des travaux à effectuer, sur les charges réelles clairement identifiées et chiffrées dans le bail.

Un exemple changer seulement les prises sur une installation électrique vétuste, c’est inacceptable et non couvert par les assurances.

En fin de bail, soyez prudents même si c’est illégal à ne pas hésiter à retenir le dernier loyer pour récupérer votre caution.

Dernièrement devant la situation désastreuse du parc locatif, les députés envisageaient de prendre des mesures incitatives pour les bailleurs afin d’améliorer leur bien mais il faudrait déjà les informer sur les aides importantes qui existent pour rénover, améliorer un bien.

Par ailleurs qu’ils en profitent pour mettre à jour la notion de « logement décent ».

La fondation Abbé Pierre a fait un état des lieux consternant à l’aube de 2017.

D’abord 3 millions de logements vacants en métropole, cela dit Granville en compte 900. Ce sont souvent des refus de louer pour des raisons diverses, mais trop souvent pour ne pas faire de travaux.

C’est nul.

Pourquoi à Granville maintenir le projet de la Clémentière, même par phases, c’est parfaitement inutile et cela évitera de perdre définitivement 34 ha de terres agricoles, en prairies naturelles.

Mais le pire c’est le nombre de logements vétustes environ 5 millions, mais enfin dans quel monde vit on.

Louer ce n’est pas le beurre et l’argent du beurre, il faut en finir avec les pratiques du 19ème siècle.

Les propositions :

Autant que faire ce peut choisir un notaire ou un particulier, plutôt que ces officines.

Pourquoi ne pas étendre aux locations l’ensemble des diagnostics exigés pour les ventes.

Mais en vue d’instaurer tant pour la vente que pour la location que pour la vente la réalisation d’un audit complet de l’immeuble par un technicien complet du bâtiment et un notaire, regroupant ainsi les compétences techniques et juridiques, afin de rassurer tant les vendeurs et bailleurs que les acquéreurs et locataires.

Joël BELLENFANT

 

Repost 0
Published by Alternative Citoyenne de la Manche - dans Granville
commenter cet article
9 février 2017 4 09 /02 /février /2017 18:57

Le tribunal administratif de Caen a rendu sa décision ce jeudi 9 février 2017. Il valide la requête de l'opposition granvillaise menée par Michel Peyre.

Le tribunal a en effet jugé que "la décision par laquelle le maire de Granville a écarté le renoncement à siéger au conseil municipal de Mme Desiage et l'a appelée à siéger en remplacement d'un conseiller démissionnaire est annulée."

Le conseil municipal retombe au nombre minimum de 22 élus. La balle est désormais dans le camp du préfet.

Dominique Baudry a annoncé faire appel auprès de la cour de Nantes.

Repost 0
Published by Alternative Citoyenne de la Manche - dans Granville
commenter cet article
9 février 2017 4 09 /02 /février /2017 18:38

Ce maire applique depuis 1989, une démocratie participative dans son village


Jo Spiegel, maire de la commune de Kingersheim depuis 1989, est un ardent défenseur de la démocratie participative et de la co-construction citoyenne des actions politiques. Il détaille ses méthodes, réflexions et expériences sur sa conception du processus démocratique dans son nouveau livre Et si on prenait – enfin ! – les électeurs au sérieux.

Ancien professeur d’éducation physique et sportive, Jo Spiegel est élu maire de la commune de Kingersheim dans le Haut-Rhin en 1989, et continue aujourd’hui d’exercer sa fonction. Depuis lors, il défend la pratique d’une démocratie véritablement participative et délibérative impliquant à la fois habitants et élus dans les décisions qui touchent à la gestion de la politique locale, et nourrit une réflexion critique sur la démocratie représentative telle qu’elle existe actuellement. Il avait d’ailleurs fait parler de lui en 2014 en refusant de recevoir le titre de chevalier de la Légion d’Honneur : « C’est d’abord dans la critique sans concession d’une démocratie en panne et d’un système à bout de souffle que je puise une part de ma décision. Alors que le fossé ne cesse de se creuser entre les représentants et les représentés, entre le haut et le bas, entre ceux qui sont promus et ceux qui ne le sont pas, tout ce qui fait distinction alimente le discrédit et renforce la crise de la démocratie-régime. » De même, toujours dans sa démarche critique, il avait démissionné du Parti Socialiste en 2015, dénonçant une « officine de conquête du pouvoir » et plaidant qu’il le faisait « pour être plus libre ». Il arrive aujourd’hui à son cinquième et dernier mandat après avoir été réélu en 2014 avec 60% des suffrages.

Paru le 24 janvier aux éditions des Temps Modernes, son livre Et si on prenait – enfin ! – les électeurs au sérieux présente le cheminement à la fois intellectuel et concret qu’il a suivi pour donner vie à la démocratie participative dans sa ville. Présentant sous la forme de dialogues aussi bien ses échecs que ses succès, ses doutes que ses convictions, son livre est autant un manifeste engagé en faveur de cette forme politique qu’une boîte à outils tirant les conclusions des expériences politiques empiriques qu’il a pu mener pendant ses 27 années de mayorat.

Il raconte alors les différentes étapes qui ont mené à la construction de la démocratie participative à Kingersheim. Pour ouvrir la participation et diversifier les profils des habitants locaux qui participent aux réunions publiques (de manière générale une large majorité de retraités), Jo Spiegel avait entamé en 1998 un porte-à-porte dans toute sa commune. L’objectif était de mieux cerner les besoins et les attentes des habitants en leur soumettant un questionnaire et en prenant le temps de discuter avec eux. Pourtant, seulement 42% répondent et il se rend compte que les réponses vont globalement contre ses propres projets ou convictions. En effet, les habitants rejetaient la construction de logements sociaux supplémentaires, alors que Jo Spiegel souhaitait favoriser la mixité sociale, et étaient en faveur d’une baisse du prix de l’eau, alors qu’elle impliquait une diminution de la qualité de l’eau et des réseaux d’acheminement. Cette première confrontation frontale avec les attentes réelles des habitants a toutefois permis à Jo Spiegel de voir qu’avant de considérer un intérêt général plus ou moins abstrait, il était nécessaire de se confronter au terrain, pour pouvoir « élever le débat » et construire non pas pour mais avec les premiers concernés.

C’est donc dans cette dynamique que Jo Spiegel n’a cessé d’œuvrer en faveur d’une réappropriation par les habitants des processus démocratiques. Il a ainsi mis fin aux inaugurations des structures publiques par les élus pour en faire des « temps d’appropriation » par les citoyens, a mis au point un système de tirage au sort pour les jobs d’été étudiants délivrés par la mairie, a mis en place en 2004 les Etats Généraux Permanents de la Démocratie, a créé récemment des conseils participatifs où sont élaborés les grandes décisions relatives à la commune constitués à 40 % de volontaire, 40 % de citoyens tirés au sort et 20 % de personnes directement concernées par le projet en débat et a fait construire en 2006 une Maison de la citoyenneté, lieu de débat, d’élaboration et de discussion citoyens.

« C’est la personne qui porte la chaussure qui sait le mieux si elle fait mal et où elle fait mal, même si le cordonnier est l’expert qui est le meilleur juge pour savoir comment y remédier. […] Une classe d’experts est inévitablement si éloignée de l’intérêt commun qu’elle devient nécessairement une classe avec des intérêts particuliers et un savoir privé – ce qui, sur des matières qui concernent la société, revient à un non-savoir ».

Selon lui, le principal obstacle que connaît la démocratie française aujourd’hui vient du fait de la rupture quasi radicale entre trois cultures politiques : celle de l’indignation, de l’utopie et de la régulation. Si ces trois postures sont pour lui nécessaires au processus démocratique, elles doivent coopérer, agir ensemble et non pas continuer à s’ignorer ou s’affronter. De plus, la crise démocratique est aussi selon lui une crise des pensées, une crise du mode même de représentation globale de notre société, à savoir l’idée de la délégation du pouvoir à un maire-magicien répondant à la demande des habitants-consommateurs. Fondamentalement convaincu que la démocratie ne pourra (re)naître que par l’intelligence collective, sa pensée fait écho au philosophe John Dewey qui nous invitait déjà en 1927 à réfléchir sur la fonction du représentant politique : « C’est la personne qui porte la chaussure qui sait le mieux si elle fait mal et où elle fait mal, même si le cordonnier est l’expert qui est le meilleur juge pour savoir comment y remédier. […] Une classe d’experts est inévitablement si éloignée de l’intérêt commun qu’elle devient nécessairement une classe avec des intérêts particuliers et un savoir privé – ce qui, sur des matières qui concernent la société, revient à un non-savoir ».

Repost 0
Published by Alternative Citoyenne de la Manche
commenter cet article